Rechercher

TENDANCE | Ces RUNNERs qui se la pètent ...

Que ce soit le débutant qui déraille totalement après de premiers résultats encourageants et l'émancipant de fait de la masse ou encore le pistard SUB9 sur 3ooom, ils incarnent la footballisation rampante d'un sport jusque là épargné.

Décryptage d'une tendance ...


Harold est formel, ses lunettes ne sont pas du tout le signe d'appartenance à une caste.


Dieu merci le running en général, l'athlétisme en particulier et a contrario tout ce qui n'est pas balle au pied, sont des sports bien fréquentés. Cette arrogance et cet étalage d'"Être" et d'"Avoir", sans cela sera aussitôt sanctionnés par le coup de poing. Et merci bien.


Jean-Run (runner) et Harold (athlétisme) incarnent à eux d'eux le pourrissement de la course à pied au sens large. En symbiose et division du travail.


Par le bas pour Jean-Run, à coup de selfies, de pathos et positivisme niais et stérile. Par le haut pour Harold, nouveau bourgeois de la performance toisant une Plèbe qu'il vient pourtant à peine de quitter.


Le nouveau converti est toujours prosélyte, c'est un classique anthropologique. Aussi, Jean-Run revendique jusqu'à la nausée sa qualité de runner et par extension, depuis son premier marathon, de Finisher. Dieu soit loué, la comptabilité (son service) n'y connait rien. Harold, lui, se masturbe à évoluer auprès d'initiés qu'il a suivi docilement de longs mois avant l'adoubement. Au prix de sacrifice, et d'investissements louables aussi (il faut l'avouer, le chronomètre ne ment pas) mais en méprisant désormais ceux qu'il côtoyait jadis. Il dérape sévère le gars! Harold incarne le dévoiement par le haut. L'humilité serait-il un poids ennemi de la vitesse.



Qui est le pire dans tout ce merdier contemporain. Jean-Run et ses gesticulations grotesques. Harold et ses mimiques hésitantes d'élite locale? Pas facile.


Tout deux sont ennemis du Beau et du Juste. La laideur déborde partout. Depuis ces chaussures fluos faisant de nous des vecteurs marketing pas du tout bénévoles, en passant par l'indigence numérique des réseaux sociaux (@strava devient un vrai bordel exotique, attention aux IST) jusqu'aux attitudes "sophistiquées" entourant les courses!


Les starlettes locales se rêvent en grand en s'appuyant sur le bétail du running pour tous. Les parvenus à la petite semaine.


Ton plafond de verre (à Jean-Run pour le segment quantitatif, à Harold pour le qualitatif), devenir ambassadeur pour un fournisseur de matériel dropant ses chinoiseries depuis l'est sous perfu de code promo instagram! Redescend un peu Icare, on te voit fondre.





Le Joggeur Qui Râle



204 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout