Rechercher

Runners, cyclistes et mobilités douces .: L'ANARCHIE

Les pistes cyclables sont-elles devenues le nouveau théâtre d'une guerre larvée entre les usagers mono-centrés du domaine public?

Réflexion ...


Jean-Tertiaire est son propre dieu et ne croit pas en la Mort. Cette fois-ci c'est le genou et le sursis.

Avec l'été et la météo clémente, les mobilités douces sont de sortie et la jouent hard sur le terrain. Piétons, runners, cyclistes, trottinettes, gyropodes et VAE ne cohabitent plus. C'est l'anarchie sur la voie verte. Chacun dans son bon droit, bercé par l'idéologie de la mobilité douce, de l'écologie du tout électrique nucléarisé et bientôt charbonné ... Le piéton et avec lui le runner ainsi que le cycliste "tradi", dont la coexistence était déjà tendue, ont vu débarqué avec (perte et) fracas une nouvelle horde de barbares décomplexés.


Les agités de la charge électrique s'émancipent ab initio de la bienséance et des codes (dont celui de la route en priorité) pour apporter leur pierre à l'édifice du chaos et du désordre.


Nous ne taclons jamais sur le physique mais force est de constater que l'IMC et les indices de sédentarité sont solides concernant ces usagers arrogants et sûrs de leurs (mé-)faits. Non, nous ne sommes pas odieux, ce n'est pas le thermomètre qui donne pas la fièvre.


Comment expliquer cet ostensible sentiment de supériorité de ces e-zébulons cognitivement aliénés de l'asphalte? Franchement, nous séchons. L'incompréhensible ne s'explique pas. Ou mal. Les mystères du progressisme anarchiste, de la dissonnance normi-logique.


Les étoiles filantes de la sédentarité mobile nous inspirent de cruels vœux que nous ne dévoilerons pas ici tant nous en prions la réalisation.


Hep hep hep! Le piéton de base et sa marmaille indomptée n'est pas exempt de tout reproche. Non. Ces chicanes mobiles s'offusquent des sonnettes prévenantes, menaçantes et menacés. Le runner dans la souffrance de sa piètre foulée ne file pas droit et mérite lui aussi sa gauche. Le cycliste quant à lui incarne l'éléphant dans le magasin de porcelaine qu'est la voie verte encombrée ...


La rente de l'antériorité dont devrait bénéficier piéton, runner et cycliste s'efface devant l'ingénierie de la mobilité douce, appropriée par les nouveaux barbares et leurs narcissismes en faillite.


Alors, que faire?


Tenir sa droite d'abord. Pour survivre physiquement. Emprunter les chemins de traverse et affronter une autre belligérance: les chauffards et leurs smartphones sur départementales! Bon courage.




Le Joggeur Qui Râle








257 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout