Rechercher

POUR ou CONTRE # Expulser les YOUTUBEURS se filmant pendant les courses ?

Fléau bien installé sur les événements RUNNING et TRAIL, le runner à perche à selfie ou @GoPro jouit d'une impunité contestable et même d'une aura sympathique surprenante. Inspirant pour certains, agaçant pour d'autres, il est pour tous un facteur de risque aux conséquences potentiellement dommageables pour lui mais surtout les autres ...



Petit rappel de quelques unes des obligations de chacun au cours des rassemblements sportifs ...


Obligation de l'organisateur (document www.service-public.fr) : L'organisateur de la manifestation sportive doit fournir la preuve qu'il a souscrit un contrat avec un assureur (police d'assurance) garantissant sa responsabilité civile, celle des personnes participant à l'organisation et celle des participants.


Obligation du participant (clause de style dans les règlements):

"Chaque concurrent devra avoir une attitude respectueuse envers les autres coureurs ..."



Ceci étant dit,


Pourquoi le runne-trailer à perche à selfie / @GoPro agace-t-il autant? Délit de faciès? Pure jalousie envers ces influenceurs altruistes de l'inspiration en milieu sportif du dimanche?


Rien de tout cela, NON.


Ce spécimen qui parle à un capteur pendant sa course en se trainant tout en flirtant avec la barrière horaire est un Narcisse d'en Bas. Faute d'inspirer l'admiration par la performance (dans son acception relative), cette chicane mobile a opté pour la mise en scène constante (et consternante) de soi et le montage souvent claqué, parfois tout à fait honorable ... A l'opposé, certains acteurs tentent de renouveler le genre au service de la performance. En général, ce dernier ne se filme pas, il n'a pas le temps.


SYBLO, alias Baptiste Cartiaux, propose un contenu vidéo loin des standards habituels du 2.0 ...


Au-delà des considérations psycho-sociologiques, en quoi le SELFISTE est nuisible et pourquoi devrait-il être sorti MANU MILITARI des pelotons par les organisateurs? En quoi constitue-t-il un danger pour lui-même et pour les autres? Nivelle-t-il lesstandards sportif et cognitif vers le bas? Recherche-t-il un partenaire (commerciale)? Entend-il gratter la youtube money? Osera-t-il investir Tik Tok après Instagram? Est-il tout simplement MALADE?



Le selfiste est un danger


Concentré sur lui-même à travers le prisme de son capteur numérique du départ à l'arrivée, le selfiste court seul. L'Autre n'existe plus et devra conjuguer avec les obstacles humains, car le selfiste est une espèce en plein essor et il rivalise avec son semblable pour un contenu toujours plus immersif, impudique et larmoyant (si possible). Attention, le malaise ne sera pas coupé au montage et les réseaux sociaux fourmillent désormais de ce pathos indigent en 4K!



Marathon de Salon de Provence - Patrouille de France - 2019 (LiLiE CoRnE RoSe)


Bref, il vous faudra passer au travers des fourches caudines de ces parias décomplexés pour éviter l'entorse du pied droit et/ou de l'hémisphère gauche du cerveau. Bon courage.


Facteur de désordre public sur les chemins, routes et sentiers, c'est aussi sur le terrain assurantiel et donc juridique que ces ennemis du beau devraient être jugés avant d'être bannis. Nous sommes dans un État de droit bordel! On se demande d'ailleurs comment les règlements ne stipulent pas une clause interdisant les extensions numériques de ces humains plus diminués qu'augmentés ...


La jurisprudence et la doctrine pourraient très vite se pencher sur la responsabilité pour faute de ces électrons sans noyau (responsabilité pour faute, exonération de responsabilité des organisateurs, imputation de la faute de la victime sur son indemnisation ...).


Utiliser le contexte sportif pour se vendre, glorifier sa personne (parfois en prenant en otage une cause) et combler ses névroses est selon nous contestable a fortiori quand cela met en cause la sécurité des autres et la fluidité des événements.


Comment prohiber les écouteurs tout en autorisant les ventouses à attention que sont les écrans ? Comment tolérer que ces diminués exhibent le trophée de leurs chutes sanguinolentes et leurs DNF glorieux sur les réseaux sociaux dans le plus grand des calmes?



 

Debunkage:

"je cours pour le plaisir" signifie en réalité "je cours pour nourrir mon ego phagocyté par ma névrose"


 

L'aliénation numérique est une béquille factice qui cédera forcément sous le poids de la dissonance cognitive, du grand écart entre le "plaisir" revendiqué à tue-tête et le mal que se donnent ces malades pour en faire toujours plus et tirer le follower par la manche du pseudo-sensationnel.

Selfiste, pense donc un peu à toi ("je cours pour moi") et un peu, aussi, aux autres, débranche toi et profite de ce trail dimanche prochain en souriant à la vie, aux bruits de la forêt, au paysage sans le prisme de l'écran et du beau perçu qu'il faut forcément partager aux autres pour en saler la fadeur inhérente à l'insensible du réel que tu es devenu.e ... Ça se soigne.



Le Joggeur Qui Râle



148 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout