Rechercher

😅 DOSSARD .: Les RUNNERS LENTS doivent-ils payer plus cher ?

A l'heure de l'inclusivité décliné tout azimut, la question peut surprendre et en choquera même plus d'un.e ... Cependant, elle a vocation à se poser et à s'imposer de plus en plus.

Comment justifier une telle mesure? On vous dit tout



Les athlètes élite se partagent les primes, les podiums et les invitations sur les gros événements tandis que la Plèbe financent le haut de la pyramide en achetant son dossard plein tarif. Un tarif en inflation galopante et constante depuis quelques saisons. Tel est le postulat de base accepté de tous sans la moindre contestation. L'ignorance du système aidant, sans doute aussi. Bref ...


Pourquoi rajouter de l'inégalité (financière) à l'inégalité (athlétique) alors? Parce-que la vie est une garce serions-nous tenté de répondre d'un trait de plume martial. Mais Le Joggeur Qui Râle est plus nuancé, toi même tu le sais.


Le runner lent est source de couts supplémentaires pour les organisations, et de temps pour les bénévoles, notamment.



*

Marathon de Paris 2018 - Grandeur et Décadence


*



Le runner lent est par ailleurs bien souvent un runner en piètre condition physique. Mais il se soigne et merci bien. Cet engouement est à relativiser cependant tant le runner aime gesticuler sans réel but dans le seul but d'attirer l'attention à lui jusqu'au claquage, jusqu'à la tendinite chronique et in fine jusqu'à creuser les caisses de la sécurité sociale à coup de séances de kiné et autres traitements alternatifs trop stylés qu'il aime à étaler su les RS tel une médaille du mérite militaire ... Digressions.


L'entreprise est louable et derrière nos pics, nous encourageons chacun à se bouger avec méthode. Le tarif différencié du dossard ne réside pas dans cette considération, on est pas chez les bolcheviques ici! Non.



*

😤 Il faut INTERDIRE le MARATHON aux coureurs lents ! (Étude)


*


Le runner lent est, nous le disions plus haut, source de lourdeur pour les organisateurs de course. Depuis le saucisson nature de province jusqu'à l'usine à gaz A.S.O. des grandes métropoles.


Mobilisation de bénévoles sur de (trop) longues heures. Les barrières horaires tant décriées par les tenant du running pour tous, marcheurs compris! Quel nombrilisme puant que ces moralisateurs confortables. Les bénévoles sont priés de battre le pavé 8h le temps que chacun ait droit à sa gloriole incarnée par la médaille de #finisher. 10 sur 10 comme à l'école des fans. Jacques Martin on pense à toi. Et bonne humeur exigée sous peine de reductio ad ... La star du jour, c'est le dernier. Le paradigme est biblique pour les mécréants de la Religion de la performance (relative, boucler un marathon en 4h30 sans marcher en est une pour certains et nous validons. Alterner marche et slow running en 6h54 pour briller ès-qualité de marathonien sans préparation minimale ne vaut rien ou presque).


Bref, le respect des autres se superpose au respect de soi.



*

La gloire du dernier


*


La société molle encourage à la paresse et transforme le laid en beau, l'impudeur en morale ... Paresseux et opportuniste, l'humain s'engouffre dans la faille et gesticule, huilant le tout à coup de biais cognitifs et d'auto-validation croisée (à travers son semblable pléthorique).


Le No Pain du #Nopainnogain n'est dès lors que cosmétique. Le runner lent rechigne à l'effort mais veut sa récompense et sa gloire à la sueur de l'autre.


Mon mauvais temps, c'est ton bon argent!

Poussez-vous de là que je m'y mette. Une catégorie de runenr lent, le runner à GoPro youtubeur. Ce runner monétise la course. Il se fait du fric sur votre dos d'une certaine façon.


*


Ultra-trail, GoPro et story Telling ...



Mobilisation de bénévoles donc mais aussi de la maréchaussée et de personnel de santé. Blocage des voies de circulation. Autant de contraintes et de dépenses induites par l'armée des runners lents, déguisés et autres zébulons en quête de pseudo-fun, enrobage d'un narcisse qui s'ignore.


Et avec la pression de ce nouveau public des courses, l'obligation d'abreuver de goodies, de médaille et la multiplication des podiums catégoriels. Bouclage du cercle de la gabegie budgétaire et de la chronophagie elle-même vecteur de couts directs et indirects.


Pendant que tu parades sur ton dernier kilomètre en star d'un jour adulé.e par des intermittents du spectacle, tout le monde attend pour aller manger le rôti. Froid.


Pour manger chaud, nous ne n'attendrons désormais plus. Le greenwashing sournois décimera une partie de ces histrions en neutralisant l'empreinte carbone des goodies inutiles. Le resserrement salutaire des barrières horaires continuera l’œuvre. Reste pour les autres la prise de conscience qu'un marathon, cela se prépare et que le mérite réside dans l'exploit même ordinaire de le boucler en ... courant. Évident.


Ce dimanche matin, nous ne t'avons pas attendu. Nous avons pu mangé chaud nos magret. Moins fade que le réchauffé de vos simagrées.




Le Joggeur Qui Râle




1 437 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout